Visite d’Éguisheim

Visite d’Éguisheim

Après le petit déjeuner, départ vers Éguisheim, élu « village préféré des Français » lors de l’émission de Stéphane Bern en 2013. Et c’est mérité : ce village est un enchantement. Par sa construction d’abord. Éguisheim a construit ses maisons en cercles concentriques autour de son petit château.

Arrivée à Éguisheim
Un des plus beaux villages de France
Le plan du village

On gare la voiture à l’entrée et on découvre le village à pied. En son centre, la place du château résume à elle seule toute son histoire : les restes d’un château fort, une chapelle et une fontaine. Il faut savoir que Bruno d’Éguisheim, né dans ce château en 1002, est devenu pape sous le nom de Léon IX. La chapelle castrale est consacrée à ce prélat dont la statue domine la fontaine fleurie.

La place du château
Le château à tour octogonale et sa chapelle castrale
La statue du pape Léon IX
La stèle à saint Léon
La statue du pape à l’intérieur de la chapelle

D’ailleurs, le village offre d’autres clins d’œil à ce grand personnage : une hostellerie porte son nom et un café vous propose même de boire un verre en sa compagnie !

Une hostellerie bien accueillante
Un pape soucieux d’écologie, probablement…
Ici, le pape vous invite…

Toujours dans le domaine religieux, l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul comporte deux éléments remarquables : le tympan du portail qui raconte la parabole des Vierges sages et des Vierges folles, et, à l’intérieur, une Vierge ouvrante, ce qui est très rare.

Sur le linteau du tympan à gauche, les Vierges sages et à droite, les Vierges folles
Une curieuse Vierge ouvrante

Mais Éguisheim est aussi un village de vignerons. Et ici tout parle du vin. Nous passons devant une ancienne cour dîmière, lieu d’achat, de vente et de taxation des produits de la vigne, qui montre l’importance d’un petit bourg comme celui-ci dans le commerce du vin. Les caves exposent leurs façades pour attirer la clientèle et certaines maisons portent les marques lapidaires signalant la profession du propriétaire. Ici, un tonnelier.

Le porche de la cour dîmière
La cave Baur
La cave Freudenreich
La cour d’une ferme vigneronne
Les signes lapidaires d’un tonnelier : deux pinces et un maillet

Dans les rues au nom évocateur, les commerces vantent les bons crus, et ici ou là, une sculpture symbolisant le raisin ou un pressoir garni de fleurs servent de décoration.

Un nom de rue bien sympathique…
Vins de pays
Portail de vigneron
Sculpture en bois représentant la vigne
Un ancien pressoir

Et des fleurs, on en voit partout, des milliers, des millions, accrochées aux balcons, aux fontaines, aux murets.

Des géraniums…
Des suzannes aux yeux noirs
Maisons fleuries
L’auberge des Trois Châteaux

Nous empruntons le chemin des remparts, qui fait le tour du village. Les maisons à colombages, ou à pans de bois, de couleur pastel, sont un bonheur pour les yeux. Chacune mériterait une photo.

Sur le circuit des Remparts
Façades colorées
Façades à oriel
Façades à pans de bois
Façades à galerie couverte

Vers midi, épuisées mais ravies, nous faisons halte à la Taverne du Château pour y déguster une tarte flambée et un café…

La Taverne du Château
Tarte flambée forestière

…en admirant la place du château et sa fontaine fleurie écrasée de soleil.

Nid de cigognes au sommet de la chapelle

Un dernier regard au nid de cigognes perché au sommet de la chapelle et nous filons vers Türckheim.

Retour à : À travers le vignoble alsacien

À suivre : Türckheim et son veilleur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.