Le Mont Sainte-Odile

Le Mont Sainte-Odile

Mercredi 4 octobre

Nous quittons Sélestat pour le Mont Sainte-Odile. Ce lieu de pèlerinage, certainement le plus fréquenté de toute l’Alsace, attire aussi bien pèlerins que touristes. Il faut dire que l’histoire d’Odile, patronne de l’Alsace, ressemble à un roman.

Au 7° siècle, le duc d’Alsace Etichon fait construire le château de Hohenbourg pour y passer l’été. La naissance de sa fille Odile le désespère : il aurait voulu un fils et en plus le bébé est né aveugle. Condamnée à mort, la fillette est cachée par sa nourrice qui l’élève en secret. Pendant ce temps, le fils tant désiré, Hugues, vient au monde.

Plusieurs années plus tard, Odile, devenue jeune fille, reçoit le baptême et ô miracle ! elle recouvre la vue. Son frère révèle alors son existence au duc qui, de rage, le frappe à mort. Pour se racheter, il propose à Odile de la marier à un prince allemand. Mais désireuse de se consacrer à Dieu, celle-ci s’enfuit et, poursuivie par son père, ne doit son salut qu’à un second miracle : un rocher s’entrouvre pour la laisser passer. À partir de ce jour, Etichon accepte enfin la vocation religieuse de sa fille et lui offre son château de Hohenbourg pour qu’elle y crée un couvent qui abritera plus de 100 moniales.

C’est vers cet endroit que nous dirigeons. Le couvent, perché sur son promontoire, domine la plaine. Sur le chemin qui y mène, on rencontre différentes stations d’un chemin de croix en céramique.

Une des stations du chemin de croix

Le visiteur passe sous le porche de l’ancienne hôtellerie, entre dans une cour et aperçoit sur sa gauche la nouvelle hôtellerie.

Le porche d’entrée
La nouvelle hôtellerie

Sur la droite, s’élève la chapelle dédiée à N.-D. de l’Assomption et devenue basilique mineure en 2006.

La chapelle N.-D. de l’Assomption

Nous traversons le jardin du cloître où s’élève une petite statue de la sainte en robe d’abbesse, avec la crosse et le Livre de la Règle sur lequel deux yeux ont été gravés. L’endroit est idéal pour la prière et la méditation.

Le jardin du cloître
La statue de sainte Odile

De la terrasse, on découvre un panorama très étendu. Du sommet d’un haut clocher, une immense statue de sainte Odile bénit l’Alsace.

Le panorama, vu depuis la terrasse du Mont Sainte-Odile
Sainte Odile bénissant l’Alsace

On peut encore visiter d’autres lieux bien très intéressants. D’abord deux petites chapelles :

-la Chapelle des Anges, éclairée par trois petites fenêtres et un lustre bleu, est décorée par une mosaïque représentant par exemple l’Ascension de Jésus, saint Michel tuant le dragon ou la Nativité. Au-dessus de la porte, un blason, hélas ! martelé, rappelle sa restauration en 1617 par l’évêque de Strasbourg.

L’Ascension
Saint Michel à cheval, tuant le dragon
La Nativité

-la Chapelle des Larmes, ainsi appelée à cause du rocher, protégé par une grille, sur lequel Odile priait pour le repos de l’âme de son père. Elle est également décorée de mosaïques sur lesquelles on reconnaît les symboles des Quatre Évangélistes, plusieurs saints alsaciens (dont le pape d’Éguisheim, saint Léon) et sainte Odile en prières. Au plafond, les « Sacrifices du Nouveau Testament » forment un cercle.

Le rocher
Le pape saint Léon et sainte Eugénie, la nièce d’Odile
Les saints alsaciens Amand et Materne
Sainte Odile sauve son père de l’enfer par ses prières
Les Sacrifices du Nouveau Testament

À la sortie, nous passons près du gnomon, une sorte de cadran solaire à quatre faces qui permet de connaître quelle heure il est en plusieurs endroits du monde.

Le gnomon

Naturellement, nous irons nous recueillir près du sarcophage de sainte Odile, mais par respect pour ce lieu, nous ne prendrons pas de photo. (Mais nous avons noté que le sarcophage du duc Etichon est placé là, à quelques pas !).

Nous aurions pu aller jusqu’à la fontaine miraculeuse et faire le tour du promontoire, mais l’après-midi avançant, nous rentrons à Ribeauvillé faire nos bagages, car demain nous partons pour Obernai et Molsheim, notre nouveau lieu de séjour.

Retour vers : À travers le vignoble alsacien

Prochaine étape : Obernai et Molsheim

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.