Pontigny, Chablis, Tanlay

Pontigny, Chablis, Tanlay

Des bruits de conversation et des rires nous réveillent. Il fait nuit : quelle heure est-il ? 6h 30 ! Quels sont ces indélicats personnages ? Ils sont 6 ou 7 jeunes hommes sous une lampe à trois mètres de notre chambre. Nous leur demandons de faire moins de bruit car nous aimerions terminer notre nuit. Ils s’éloignent de quelques mètres et nous tentons de retrouver nos rêves.

Vers 8h, un petit déjeuner-buffet satisfait nos appétits. Un épais brouillard recouvre la région. Espérons que le soleil va se lever.

Vers 10h, direction Pontigny. Le soleil perce les nuages. Ce petit village abrite une pépite : une abbaye cistercienne de grand renom dont il reste seulement l’église. Mais quelle église !!! Presque aussi grande que Notre-Dame de Paris, cette église abbatiale sert de cathédrale à la Mission de France.

L’abbaye cistercienne de Pontigny

L’intérieur est très sobre, presque vide. La nef comporte deux étages et une clôture en bois, assez lourde à notre goût, qui isolait les moines dans le chœur où ils disposaient de très belles stalles sculptées.

L’intérieur de l’église abbatiale
La clôture du chœur
Les stalles des moines

Derrière les belles grilles en fer forgé, est exposé le reliquaire du corps de saint Elme, archevêque de Cantorbéry, qui mourut près de là, alors qu’il voyageait vers Rome. Vénéré par la population locale depuis toujours, il a accompli de nombreux miracles.

Nous admirons également le très bel orgue et apprenons l’existence d’un abbé-savant, J-B Tauleigne, qui, en plus de son ministère, fit breveter de nombreuses inventions, notamment un appareil capable de repérer l’endroit exact et la profondeur des balles reçues par les blessés de guerre. Il mourut de la radioactivité dans de grandes souffrances.

L’orgue
Portrait de l’abbé Tauleigne

Un petit tour dans les jardins nous permet d’admirer la belle architecture de l’église. Mais midi approche, nous mettons le cap sur Chablis. Nous traversons avec plaisir le célébrissime vignoble aux ceps soigneusement alignés qui donnent au paysage cet aspect bien peigné.

Le vignoble de Chablis

Au village, le Syracuse nous propose un menu à notre goût servi dans une jolie salle de pierres voûtée : œufs en meurette, rognons sauce madère/frites et en dessert une crème brûlée au choix avec une brochette de fruits frais. Le tout évidemment accompagné par un demi-chablis excellent.

Une bonne adresse
Les œufs en meurette
Un bon cru
Le village de Chablis au milieu du vignoble

L’après-midi nous conduit au château de Tanlay. Le guide vert en fait grand cas mais nous ressortons un peu déçues : l’édifice n’est pas mal, mais il donne une impression de tristesse, de manque de vie et le guide, au demeurant bien gentil, ne déborde pas d’enthousiasme.

Le château de Tanlay

Il nous restait donc assez de temps pour visiter l’Hôtel-Dieu de Tonnerre. Las !!! Surprise ! Ce week-end, la grande salle des malades fondée par Marguerite de Bourgogne, belle-sœur de saint Louis, avait été entièrement déménagée pour accueillir une sorte de foire aux antiquaires.

La foire aux antiquaires, dans l’hôtel-Dieu de Tonnerre

Sous le coup de la déception, et dans l’impossibilité de visiter, nous avons fait le tour des endroits intéressants de la ville : la Fosse Dionne, résurgence aux eaux émeraude, bien encombrée de végétaux, l’église Saint-Pierre, perchée sur son promontoire et à laquelle on accède par un interminable escalier de pierre qui vous scie les mollets. Une association très active accueille les visiteurs de cette église petite mais jolie, avec son buffet d’orgue et ses beaux vitraux du XIX° siècle.

La Fosse Dionne
L’orgue de l’église Saint-Pierre
Les beaux vitraux du XIX° siècle

De retour au parking, nous reprenons le chemin de l’hôtel, non sans prendre la précaution de remplir le réservoir d’essence car demain nous partons vers Mulhouse et les routiers projettent de bloquer les autoroutes et les dépôts de carburants. Voilà une perspective bien peu réjouissante !

Retour à : À travers le vignoble alsacien

Prochaine étape : Le centre historique de Mulhouse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.